Latest posts

La L-carnosine révèle ses secrets...

Les propriétés de la L-carnosine sont de mieux en mieux identifiées. Elle aurait une activité protectrice contre l’ischémie, les complications du diabète (macro-vasculaires y compris l’hypertension et l’accélération de l’athérosclérose) et le vieillissement cellulaire. Une protection contre les dommages du temps?

La L-carnosine est un dipeptide (béta-alanine + histidine) obtenu après digestion de la viande dans l’estomac et l’intestin. On la trouve particulièrement concentrée au niveau du muscle squelettique, du cœur et du cerveau. En effet, les cellules du cerveau vivent très longtemps (petit turn-over) et subissent les agressions du temps telles que la glycation ou le stress oxydant. La L-carnosine, concentrée dans les muscles et le cerveau, servirait de «buffer» en réagissant avec les dérivés carbonylés (c.-à-d. contenant une ou plusieurs doubles liaisons Carbone-Oxygène), dont le méthylglyoxal et les ROS (en français: EOS, pour Espèces Réactives de l’Oxygène) et aurait donc une activité protectrice diversifiée par son pouvoir anti-glycation. Si la L-carnosine est naturellement synthétisée par notre organisme, sa production diminue avec l’âge, pouvant aller jusqu’à une réduction supérieure à 50% du taux de carnosine entre 10 et 70 ans. La diminution de sa production est entre autres associée au relâchement cutané et à la fonte musculaire. Ce n’est qu’au début des années 2000 que le Dr Sergey Stvolinsky avait découvert son action sur la durée de vie des cellules.

Sources alimentaires

La L-carnosine peut être trouvée en très grande quantité dans le fessier du cheval, la poitrine de dinde, l’épaule de porc et la côte de bœuf; on la trouve également dans le poulet mais en quantité moindre. Dans les aliments provenant de la mer ou d’origine végétale, elle n’est présente que sous forme de trace, exposant les personnes végétariennes et véganes a des carences plus rapides. 

Ses bienfaits

Anti-âge

Il a été prouvé que la L-carnosine piégeait les espèces réactives de l’oxygène (EOS), nommés aussi «radicaux libres», ainsi que les aldéhydes alpha-bêta insaturés formés par la peroxydation des acides gras de la membrane cellulaire au cours du stress oxydatif. De ce fait, elle retarde le processus de vieillissement des cellules (sénescence) et rajeunit les cellules saines.

Soutien de la prestation sportive

Elle permet de réduire le taux d’acide lactique lors des sprints et également dans les efforts d’endurance, car elle protège contre le méthylglyoxal et les EOS, et contribue donc au bon fonctionnement des mitochondries. 

Neuroprotection

Par son rôle neuro-protecteur et anti-apoptose, la L-carnosine pourrait ralentir la progression de la maladie de Parkinson et d’Alzheimer. Elle exerce un rôle protecteur vis-à-vis des tissus nerveux (antioxydant, anti-glycant, contre le cross-linking cellulaire). Le cerveau n’utilisant que le glucose comme source de carburant, il est aisé de comprendre qu’une molécule comme la carnosine soit très précieuse contre l’oxydation et la dégradation neuronale. 

Anti-glycant

La L-carnosine protège les cellules de la mort provoquée par les AGE (Advanced Glycation End-products). Elle permet donc de lutter contre le développement du diabète et ses complications en protégeant les podocytes (cellules épithéliales de la capsule de Bowman au niveau du glomérule rénal) et les cellules mésangiales de l’appareil juxtaglomérulaire. Les AGE et l’inflammation vasculaire pourront provoquer une accélération de l’athérosclérose chez le diabétique. D’après une récente étude iranienne, une supplémentation en carnosine aurait une efficacité sur la glycémie à jeun mais aussi sur le taux de triglycérides et d’AGE chez les sujets atteints de diabète de type 2. 

Protection contre la cataracte

L’opacification du cristallin peut être liée aux AGE (entre autres) et donc entraîner une baisse progressive de l’acuité visuelle. En luttant contre la glycation, la carnosine pourrait constituer un moyen efficace contre l’apparition de la cataracte et le développement des complications oculaires liées au diabète.

Rôle anti-inflammatoire

Les chondrocytes seraient également sensibles au stress oxydatif, impliquant que la carnosine pourrait jouer un rôle préventif sur la dégradation du cartilage des articulations. 

Inhibition de la prolifération des cellules cancéreuses

La carnosine aurait des propriétés anti-prolifératives en agissant au niveau de la glycolyse et donc inhiberait ou ralentirait la croissance des cellules tumorales. 

Stéatohépatite alcoolique

On a constaté que la L-carnosine associée à la vitamine E provoquait une diminution des EOS, du taux de malondialdéhyde, de l’activité de la myéloperoxidase, de l’expression des facteurs de croissance bêta 1 (TGF-bêta 1) et de l’expression du collagène 1 alpha 1 (COL1A1). Ceci supporte l’efficacité de l’association carnosine + vitamine E dans la réduction des facteurs pro-inflammatoires et pro-oxydants et des facteurs fibrotiques au niveau hépatique en cas de stéatohépatite alcoolique (10). La carnosine a permis de diminuer l’activité des transaminases dans le sérum et d’améliorer certaines lésions hépatiques. 

Prévention de l’hypertension artérielle

La carnosine pourrait diminuer l’hypertension en agissant sur la vasodilatation artérielle systémique. Le méthylglyoxal réagit très vite avec l’arginine, précurseur de NO et signe son lien direct avec l’hypertension artérielle. 

Processus de cicatrisation

La L-carnosine provoque l’augmentation de l’expression des facteurs de croissance et des cytokines impliquées dans la cicatrisation.

Le méthylglyoxal: un dérivé carbonyle très pro-oxydant

Le méthylglyoxal est parfois considéré comme le lien moléculaire manquant entre maladies métaboliques, vieillissement et maladies dégénératives. Il possède 2 groupements carbonylés, ce qui le rend très réactif. La principale source de méthylglyoxal reste la glycolyse, la voie de dégradation de la L-thréonine, la voie aceto-acétate, la voie des hexoses/pentoses. C’est l’agent glycant le plus dangereux capable de s’attaquer aux lipides, protides et d’oxyder le DNA, provoquant ainsi l’apparition d’AGE (Advanced Glycation End-Products). Le méthylglyoxal endommage les protéines car il promeut le dysfonctionnement mitochondrial et inhibe l’activité protéosomale. Au niveau mitochondrial, le méthylglyoxal rentre dans les mitochondries et glyque le DNA mitochondrial et donc déclenche - en plus du dysfonctionnement de la mitochondrie – un stress oxydatif. Le glutathion (provenant de la cystéine) sous forme réduite est nécessaire pour détoxifier le méthylglyoxal. La toxicité des AGE est fondée sur 3 mécanismes: l’interaction entre AGE et leur récepteur RAGE, les dépôts tissulaires et la glycation in situ. Les AGE entraînent une réponse cellulaire néfaste, pro-fibrosante, pro-inflammatoire et pro-coagulante, tant au niveau tissulaire qu’au niveau d’organes cibles.

Pour une approche préventive (primaire et secondaire) anti-glycation

Afin de lutter contre les phénomènes d’oxydation, tels que l’athérosclérose (formation de LDL oxydés), on donnera de la vitamine E, de l’acide lipoïque (forme R) et de la L-carnosine. Chez le patient diabétique, la vitamine B6 à raison de 20mg/j (non toxique à cette dose, mais limiter à 2mg/j chez le patient non diabétique) peut être ajoutée car elle est aussi «capteur» de méthylglyoxal. La L-carnosine présente donc un intérêt dans toutes les situations ou pathologies associées à un stress oxydatif important: chez les diabétiques, en cas de maladie dégénérative neuronale (Alzheimer, démence…), chez le sportif surtout de haut niveau, mais également pour freiner le processus de vieillissement. Pour lutter contre le vieillissement, dans toutes ses formes, on préconisera une activité physique régulière et ludique, une nourriture saine et équilibrée, une supplémentation journalière en acide lipoïque (forme R), vitamine B1, B3 et de la L-carnosine. Des produits topiques existent également pour lutter contre les rides.

Posted in: Articles

Leave a comment